Philippe Contal, lors d'une conférence de présentation de son ouvrage «Passion Wbemaster» PASSION WEBMASTER
Donner du Sens aux Systèmes et Technologies de l'Information

Philippe Contal (éditions ISDO, 2001) - ISBN 2-9516435-0-0 - EAN 9782951643505

Disponible également en version imprimée 
 
     

     
 
 Passion Webmaster 
 Avant-propos 
 1- Introduction 
 2- Internet pour faciliter les échanges de données informatisées 
 3- A la découverte du web… 
 4- www.alpha-c.com 
 5- Veille stratégique et industrie mécanique 
 6- Conférences 
 7- Voyage en Terre d'Oc, le catharisme : www.cathares.org 
 8- Deux champs d'expérience… 
 9- @pex, l'intranet du groupe Alpha-C 
 10- Le Projet Beaucéant : www.templiers.org 
 11- Internet, intranet et communication 
 12- Création d'@drénalyne communication 
 13- Création d'Histophile : www.histophile.com 
 14- Création du groupe I.S.D.O. : www.isdo.net 
 15- Le groupe I.S.D.O., IT-Lab 
 16- Intelligence économique et veille stratégique 
 17- Conclusion 
 Glossaire 
 
     
3- A la découverte du web…

Rechercher dans le chapitre :
Les occurrences apparaissent en vert surligné.
"Le plus simple écolier sait maintenant des vérités
pour lesquelles Archimède eût sacrifié sa vie."
Ernest Renan, 1823-1892



Lorsque je découvris l'Internet, je compris que diverses applications pouvaient être mises en oeuvre. Il y avait tout d'abord le courrier électronique, dont la facilité d'utilisation me permettait de penser qu'elle serait la plus courante dans les entreprises. Il y avait des solutions alternatives comme le FTP qui permettait de transférer des fichiers en oubliant les soucis de compatibilité des messageries. Et il y avait le web ... le fameux web auquel se réduirait malheureusement souvent l'acception de l'Internet.

Une adresse du type http://www.alpha-c.com ou bien http://www.yahoo.com permettait d'accéder à des informations localisées sur des serveurs pouvant être situés n'importe où sur la planète. Ces adresses, dont on enlève aujourd'hui le préfixe http:// pour se limiter au www.alpha-c.com permettait donc à la fois de rechercher - et trouver des informations - mais aussi de présenter des données sur les entreprises 24 heures sur 24, 7 jours sur 7 ; 24/7 comme l'écrivent les américains. Il suffisait d'utiliser un navigateur, ou browser. Ces programmes, devenus gratuits, permettent de naviguer sur le web et de parcourir les sites Internet.

Aujourd'hui, il y peu de publicité, notamment à la télévision, qui ne mentionne pas une adresse web (World Wide Web, toile tissée mondiale). Fin 1995 en revanche, on trouvait essentiellement des informations anglophones. Le peu de sites francophones provenaient surtout ... du Canada !

Un site est un ensemble - a priori - cohérent d'informations présentées de manière hypertexte et accessibles depuis une adresse du type http:// ou www.. Démultiplicateur de ce type de présentation, le langage hypertexte, né au C.E.R.N. à Genève dans les années 1970, permet de relier des informations. Un lien hypertexte permet, par exemple, d'orienter le visiteur sur une autre page, une image... Un lien hypertexte peut aussi être créé sur une image ou une partie d'image. Voici les bases du web et de ce langage simple mais extrêmement performant de l'hypertexte. Ce langage est aussi très souvent appelé HTML, du nom de la structure qui le caractérise : HyperText Markup Language, ou langage utilisant des balises hypertextes.

Les aides sous Windows, malheureusement peu utilisée, sont un excellent exemple d'hypertexte. Les liens qui constituent ces ensembles d'informations sont une bonne illustration de ce que peut donner une utilisation judicieuse de ce concept à la fois simple et très puissant.

Ce n'est pas ici que nous allons développer ce langage, mais il est nécessaire de lui reconnaître plusieurs particularités intéressantes :
- Il donne à l'internaute - le visiteur de sites web - la possibilité de se créer son propre chemin, pouvant être relativement indépendant de celui qui a été pensé par le concepteur du site.
- Il permet de donner de l'"intelligence" à des documents en reliant les informations qui y sont contenues, ou bien hébergées sur d'autres sites. Les données d'un texte par exemple, peuvent être définies par un glossaire dont l'utilisation est plus pratique qu'un renvoi à la fin d'ouvrage. Il en va de même pour les notes de lecture.
- Ce langage est simple à utiliser et à mettre en oeuvre. Une quinzaines de balises élémentaires permettent de réaliser un document.
- Les codes source des pages hypertextes sont accessibles aux visiteurs, ce qui a permis de diffuser les compétences de ce langage très rapidement à l'échelle de la planète.

Le corollaire de cette dernière propriété des sites web n'est certes pas une sécurité vis à vis des droits d'auteur mais elle aura permis de réaliser de très nombreux sites, personnels et professionnels. Malheureusement, les technologies plus récentes, telles que le Java ou le Flash, sont réalisées de telle manière que les sources ne sont plus accessibles. Mais laissons ces problèmes techniques aux chapitres suivants ...

Je compris donc que je pouvais mettre à la disposition de mes clients, fournisseurs et partenaires, des informations sur mon entreprise. C'est donc ce que je fis dès mai 1996, après plusieurs semaines de gestation : le premier site web www.alpha-c.com. Ce n'est certainement pas ce que je préconise aujourd'hui, mais le premier site que j'ai réalisé est celui du groupe Alpha-C. Après une demi-journée de formation chez mon fournisseur d'accès, je commençai donc à assembler des informations présentant le groupe, ses filiales, ses métiers...

"Heureusement, peu de français utilisaient le web à l'époque, me aujourd'hui Sehaliah, et surtout parmi tes clients.
- Toujours le mot pour rire !"


Il est vrai que la présentation - fortement teintée d'un amateurisme peu éclairé mais prometteur - utilisait des icônes et objets extraits des banques publiques. De fait, un site réalisé de cette manière aujourd'hui paraîtrait ridicule ... et c'est malheureusement encore le cas de beaucoup de sites réalisés par les services informatiques ; et pas seulement des petites entreprises !

Et pourtant, l'animation présentant une machine à coulisseaux multiples, réalisée à cette époque, est encore présente sur le site actuel ... preuve que les objets peuvent durer, au-delà des sites qui les présentent. Celle-ci avait même servi de veille d'écran dans les bureaux d'étude de notre premier client.

Cependant, j'étais tombé dans un piège. En effet, j'avais mis à disposition de l'extérieur des informations sur le groupe sans même avoir pensé à communiquer en interne. Un erreur que j'allais reproduire de nombreuses fois avant de la comprendre et d'en trouver des solutions préventives.

Alpha-C fut probablement le premier sous-traitant français à disposer d'un site Internet. Tout au moins un des premiers.

De ce fait, le groupe Alpha-C et son représentant, moi-même en l'occurrence, acquit une notoriété dans le domaine de l'utilisation des Technologies de l'Information. Nous n'avions pas mis en oeuvre un grand plan d'intégration de ces nouvelles technologies mais nous avions simplement répondu à un problème simple ... avec une solution simple.

Ceci me permettra de démarrer une carrière de conférencier. Table Ronde à l'Ecole Polytechnique, conférence pour Microsoft, présentations-débats pour les clubs A.P.M. (Association Progrès du Management, regroupant en 2000, plus de 2 500 chefs d'entreprise français), assemblées générales... Ce seront plus de 100 interventions que j'aurai eu le plaisir d'effectuer d'ici la fin de l'année 2000.

"Certes, tu avais de l'avance, mais comment peux-tu la conserver dans un monde aussi mouvant et évoluant rapidement ?
- En innovant ... et en restant concret, proche des problématiques du terrain."


Pas si simple dans la pratique ...

Entrant dans ce nouvel univers du traitement de l'information, je quittais mon référentiel d'origine. Ingénieur en fabrication mécanique certes, mais tellement passionné des Technologies de l'Information qu'il me serait difficile de ne pas me lancer corps et âme dans cette étrange aventure.


En quelques mots…

Parmi les utilisations des Technologies de l'Information, il en existe une qui défie la chronique depuis la fin de l'année 1999 : la communication. Le World Wide Web (toile tissée mondiale) permet de placer à la disposition des clients, prospects et partenaires - mais aussi des concurrents - des informations sur nos entreprises.

Si la situation en 1995-96 permettait de ne disposer que d'un site vitrine (une présentation institutionnelle s'apparentant à une plaquette), il n'en n'est plus de même aujourd'hui. Les entreprises, même situées sur des créneaux d'activités traditionnelles, se doivent aujourd'hui de maîtriser leur image. Les processus de certification ISO ne sont qu'un élément dans la palette qu'elles peuvent utiliser.

Le processus de découverte des intérêts de l'Internet est à prendre au sérieux. Plusieurs étapes sont souvent nécessaires pour bien les intégrer dans le fonctionnement quotidien des entreprises. Diverses formes d'utilisation peuvent être développées au sein des organisations : communication d'entreprise, recherche d'information, partage de données, services associés,...


Histophile  -  Avenue du Golf  -  L'Orée des Mas  -  34670 Baillargues  -  France 
Téléphone : 33 (0)467-164-160  -  Télécopie : 33 (0)467-456-198
e-mail : contact@histophile.com  -  web : www.histophile.com  -   www.voyage-immobile.com