Philippe Contal, lors d'une conférence de présentation de son ouvrage «Passion Wbemaster» PASSION WEBMASTER
Donner du Sens aux Systèmes et Technologies de l'Information

Philippe Contal (éditions ISDO, 2001) - ISBN 2-9516435-0-0 - EAN 9782951643505

Disponible également en version imprimée 
 
     

     
 
 Passion Webmaster 
 Avant-propos 
 1- Introduction 
 2- Internet pour faciliter les échanges de données informatisées 
 3- A la découverte du web… 
 4- www.alpha-c.com 
 5- Veille stratégique et industrie mécanique 
 6- Conférences 
 7- Voyage en Terre d'Oc, le catharisme : www.cathares.org 
 8- Deux champs d'expérience… 
 9- @pex, l'intranet du groupe Alpha-C 
 10- Le Projet Beaucéant : www.templiers.org 
 11- Internet, intranet et communication 
 12- Création d'@drénalyne communication 
 13- Création d'Histophile : www.histophile.com 
 14- Création du groupe I.S.D.O. : www.isdo.net 
 15- Le groupe I.S.D.O., IT-Lab 
 16- Intelligence économique et veille stratégique 
 17- Conclusion 
 Glossaire 
 
     
1- Introduction

Rechercher dans le chapitre :
Les occurrences apparaissent en vert surligné.
"On ne connaît pas une science tant qu'on n'en sait pas l'histoire."
Auguste Comte, 1798-1857



"Je crois que je n'arriverai jamais à m'y faire !" pense-t-il rageusement en éteignant l'ordinateur.

Depuis plusieurs mois, Philippe essaie désespérément de se connecter à l'Internet. "L'Internet facile", "Les bonnes adresses de l'Internet"... et autre littérature au titre racoleur ne suffisent pas. Il faut dire qu'en 1995, les aspects pratiques et conviviaux ne sont pas encore d'actualité sur l'Internet. Le réseau est encore, surtout en France, un outil informatique. C'est d'ailleurs par la lecture de nombreuses revues techniques qu'il découvre ce qui deviendra une véritable passion.

"J'ai tenté avec plusieurs cédéroms, sans succès, poursuit-il.
- Ne crois tu pas qu'il faudrait prendre ton temps ? lui répond Sehaliah.
- Mmmm ..., peut-être."


Personnage très particulier, Sehaliah est l'ange gardien de Philippe. Imaginaire ? Peut-être ... Tantôt prévenant, tantôt provoquant, Sehaliah lui avait souvent permis de se sortir de mauvais pas. Bien entendu, ces conversations restaient limitées à eux-mêmes. Soudés l'un à l'autre par une forme de communion d'esprit, ce binôme ne tenait que par un intérêt réciproque. En effet, Philippe permettait à Sehaliah de vivre des expériences alors que la conscience et la prévoyance de Sehaliah évitait à Philippe de se fourvoyer dans des impasses ... lorsque celui-ci voulait bien écouter de qui lui était suggéré !

Une forme de conscience, le plus souvent enfouie au fond de notre esprit.

"Alors comme cela, tu essaies d'utiliser ce machin qui permet de te relier à d'autres ordinateurs ? ajoute Sehaliah.
- J'ai lu et relu de nombreuses revues. Impossible de comprendre comment ça marche. Je dois devenir vieux !"


Cependant, à 28 ans à peine, Philippe n'était pourtant pas sénile, pas encore. Ingénieur en fabrications mécaniques et titulaire d'un troisième cycle en Ecole de Commerce, il était dans l'entreprise familiale depuis 1990. Venant de succéder à son père depuis quelques mois, Philippe n'avait encore pas conscience des enjeux du groupe qu'il dirigeait. Avec un peu plus de 200 personnes dans quatre entreprises complémentaires, ce groupe dont l'origine remontait à son grand-père, en 1930, avait une activité de sous-traitance mécanique.

"Mais pourquoi laisse-t-on autant de liberté aux informaticiens ? Ils inventent des applications que personne ne sait utiliser, à part eux-mêmes. Et encore ... parfois j'en doute !
- Ne serais-tu pas frustré que l'informatique ne soit pas ton métier ?
- C'est malin ...
- Tu sais Philippe, tu devrais arrêter et reprendre lorsque tu te seras calmé."


Sur le papier, la connexion à l'Internet semblait facile : un modem, un numéro de téléphone et une interface graphique conviviale. Seulement voila ! Entre la théorie et la pratique, il y a parfois plus d'un pas.

Passionné d'informatique, Philippe n'était pourtant pas un débutant. Bien que sa formation initiale le limitait théoriquement dans la catégorie des utilisateurs, il avait déjà réalisé deux Gestions de Production (G.P.A.O.) pour les sociétés dans lesquelles il avait travaillé. Gestion des dossiers, gestion des temps de production... autant d'applications qui lui avaient permis de développer un savoir-faire dans le domaine des bases de données. Réalisées sous dBase, ces programmes avaient même fait l'objet d'un développement unique au niveau d'une d'interface graphique. Windows n'était pas encore déployé en 1991, année de création de ces programmes, et c'est pourtant une interface s'y apparentant qui fonctionnait déjà. Souris et icônes donnaient à ces applications une présentation plus conviviale que les écrans noirs et verts qui hantaient de nombreux ateliers de fabrication.

Et pourtant, ce fut dans la difficulté et l'incompréhension que la découverte de ce qui deviendra le Réseau des réseaux se passa.

"Et dire qu'il va devenir un expert dans ce domaine !
- Qu'est-ce que tu dis ?
- Rien, rien ..."


Quelques minutes plus tard, l'écran de l'ordinateur s'allume à nouveau. Philippe ayant développé une base de d'objets célestes, l'informatique avait été une aide considérable, succédant à des carnets dont le contenu était mis à jour régulièrement. Résumé d'articles, références bibliographiques, schémas et graphiques... les outils de structuration de l'information s'appliquaient à de nombreux domaines. Considérant que les études techniques d'ingénieur limitaient singulièrement le champ des connaissances générales, il avait mis au point un programme lui permettant de rattraper - au moins dans son esprit - les programmes scolaires classiques. Littérature, histoire, médecine mais surtout astronomie et sciences physiques étaient donc des sujets que Philippe s'efforçait de comprendre et de travailler. Plus de 25 carnets avaient ainsi été rédigés depuis plusieurs années.

Cependant, le temps manquant, il avait été contraint de réduire le champ d'investigation. Les sciences et l'histoire médiévale constituaient les rescapés de cette sélection drastique.

La base de données d'objets célestes ... une masse d'informations considérables, regroupant plusieurs centaines de planètes, étoiles, galaxies... Chaque objet se voyant classé, répertorié et illustré de nombreuses photographies. Confinée à sa seule utilisation personnelle, cette masse d'informations qui faisait souvent chauffer le scanner, donnait à Philippe une occasion unique d'affiner cette compétence de mise en forme d'informations hétérogènes. Il n'y avait pas de non plus de problèmes de droits d'auteurs du fait de l'utilisation exclusivement personnelle. Cependant, force était de constater que l'utilité restait toutefois très limitée.

"Tu ne penses pas que tu devrais chercher à faire connaître ce travail de fourmi ? rappela son ange gardien.
- On en a souvent parlé ... mais je ne vois pas comment ! Déjà que je ne suis pas spécialiste de ce domaine. Je n'ai jamais fait d'études sur ce sujet.
- Peut-être, mais c'est idiot de faire un travail de moine et de le laisser à la seule connaissance de ceux qui veulent bien t'accompagner dans les méandres de ton ordinateur.
- Tu as raison. Mais appelle-moi lorsque tu sauras comment le faire !
- Mais qui est-ce qui lui a donné un caractère pareil ?"


Partant de ces échecs à utiliser l'interface de connexion, Philippe avait peu à peu abandonné l'Internet, se disant qu'il valait probablement mieux attendre que les informaticiens inventent un moyen d'en faire un véritable outil de communication.

C'était au début de l'année 1995.

Durant l'été, Philippe retrouva Dominique, une relation d'affaire qui avait monté une entreprise dans le domaine de l'Internet : un provider. Fournir l'accès à l'Internet, voila ce qu'était le métier de cette jeune société régionale. Risqué en 1995 ... mais les aventuriers sont souvent aussi des pionniers. Certains y laissent leur peau, d'autres trouvent des opportunités pour survivre et quelques uns réussissent à développer véritablement des activités.

"Tu ne crois pas que c'est une bonne occasion pour comprendre cet outil ?
- Sehaliah, je veux bien mais je ne vois pas pourquoi faire, s'emporta Philippe.
- Mon dieu ! Tu ne devrais pas te vexer parce que quelqu'un que tu connais a de l'avance dans un domaine qui t'est cher : le traitement de l'information."


Sentence douloureuse ? Moteur d'une décision ? Toujours est-il que l'aventure avait commencé ... Elle allait prendre une tournure que Philippe n'avais pas osé imaginer.

Mais laissons-le raconter son histoire ...


En quelques mots…

Les experts d'aujourd'hui ont aussi traversé des étapes de découverte et d'appropriation de l'outil. Il ne faut pas avoir peur de faire des essais, d'essuyer des échecs, de se faire son propre chemin pour maîtriser les Technologies de l'Information.

Comme un enfant qui découvre la possibilité de marcher, et donc de découvrir d'autres univers que celui dans lequel il était confiné de par son manque de mobilité, l'adulte qui démarre dans l'univers de l'Internet, du cyberespace, doit apprendre. La seule manière de comprendre et d'assimiler est bien de pratiquer. La littérature, les formations... ne peuvent que servir d'aide, de support, de référent, mais ne pourront en aucun cas remplacer l'expérience directe.

En résumé : connectez-vous et lancez-vous dans l'aventure !

Corollaire : n'ayez pas peur de planter l'ordinateur. Il ne fait que reproduire ce que des hommes ont bien voulu lui intégrer dans ses mémoires, ses micro-processeurs.


Histophile  -  Avenue du Golf  -  L'Orée des Mas  -  34670 Baillargues  -  France 
Téléphone : 33 (0)467-164-160  -  Télécopie : 33 (0)467-456-198
e-mail : contact@histophile.com  -  web : www.histophile.com  -   www.voyage-immobile.com